Vers une reconversion professionnelle réussie...

Travail : d’où vient la motivation ?

Pourquoi travaillons-nous ?
Qu’est-ce qui nous motive ?
Qu’est-ce qui nous fait nous sentir bien au travail ?

Ce sont à ces questions que les 3 vidéos TED que nous avons sélectionnées cette semaine, essayent de répondre.
Nous vous en présentons une synthèse, en espérant qu’elles vous aident vous aussi à faire mûrir votre réflexion sur le sujet.

 

Dan Ariely - Qu'est-ce qui nous apporte de la satisfaction dans notre travail ?

Qu’est-ce qui motivent les personnes qui entament des expéditions en montagne, ceux qui s’attaquent aux montagnes vraiment difficiles ? Et surtout après le froid et la galère, qu’est-ce qui les conduit à recommencer ? Voilà les questions que s’est posées Dan Ariely, professeur de psychologie et d'économie comportementale. En partageant une anecdote arrivée à l’un de ses étudiants, mais surtout des expériences menées avec des objets aussi anodins que des Lego ou des feuilles de papier, il nous démontre que plus que l’argent ou même le plaisir pris, nous restons principalement motivés par le sens que nous voyons à ce que nous faisons, ainsi que les notions d’effort et de progression.

La bonne nouvelle est qu’en regardant simplement le travail de quelqu’un, le regarder de haut en bas et dire “Mmhm”, semble être une méthode très efficace pour améliorer considérablement les motivations de quelqu’un.
Dan Ariely

Il tente une synthèse audacieuse entre Adam Smith et Karl Marx, entre la révolution pré-industrielle et l’économie de la connaissance, synthèse dans laquelle la motivation devient le fruit d’une combinaison dépassant largement le seul cadre de la rétribution et comprenant notamment le sens, la notion de création, de défi, d’appropriation, de fierté…

 

 

Dan Pink - La surprenante science de la motivation

Quant à Dan Pink, auteur (cf notamment "Les Aventures de Johnny Bunko") et journaliste américain, sur un ton plein d’humour et une certaine forme d’auto-dérision, il se fait l’avocat d’une thèse pas si évidente à défendre que ça aux Etats-Unis, pays du capitalisme s’il en est. En effet, en s’appuyant notamment sur des recherches menées séparément par Karl Duncker, Sam Glucksberg ou encore Dan Ariely, il apporte la preuve que non seulement l’argent ne nous aide pas à être plus performant mais que, sur des tâches un peu complexes qui nous demandent de solliciter notre pensée, les incitations pécuniaires bloqueraient même notre réflexion et notre créativité. Et ce, pas seulement dans les pays développés où le confort matériel serait déjà garanti par un niveau de revenus suffisant, mais aussi dans des pays où les rétributions en question pourraient sembler beaucoup plus significatives.

dan-pink
Dès qu’une tâche demandait un talent cognitif, même rudimentaire, une plus grosse récompense conduisait à de moins bonnes performances.

Face à cette démotivation de l’argent, Dan Pink met en avant l’importance de l’autonomie, la maîtrise et la performance. Enfin l’exemple de l’encyclopédie de Microsoft Encarta face à celle en ligne de Wikipedia démontre une nouvelle fois pour Dan Pink la supériorité de la motivation intrinsèque et invisible par rapport aux motivations extrinsèques.

 

 

Barry Schwartz - La manière dont nous pensons le travail est cassée

Et enfin c’est au tour de Barry Schwartz, psychologue américain lui-aussi, de s’interroger sur la raison qui conduit tant de personnes à se lever tous les matins pour un travail qui ne présente aucune des caractéristiques désormais considérées comme importantes.

Même s’il s’adresse à un public plutôt favorisé de personnes qui a priori ont un travail stimulant, Barry Schwartz regrette que la majorité des gens sur la planète a un travail qui est lui, plutôt monotone, vide de sens et qui ne les incite pas du tout à progresser. Dans un style sans doute moins limpide qu’eux, il admet ce que les deux Dan ont évoqué plus haut, à savoir que les rétributions matérielles ne sont pas des motivations réelles.

Si les gens travaillent sans être motivés, cela tient à ce que l’on pourrait appeler des prophéties auto-réalisatrices. C’est à dire qu’en annonçant quelque chose comme étant vrai, on crée les conditions pour que cela se réalise. NOUS créons la société dans laquelle on vît. NOUS avons créé, depuis la révolution industrielle, une société basée sur les récompenses financières, et NOUS nous y plions et allons au travail pour ces mêmes récompenses.

Nous avons créé un système cohérent avec cette fausse image de la nature humaine.
Barry Schwartz

Mais Adam Smith ne s’est-il pas trompé ? Ne devrions nous pas changer le postulat de départ qui consistait à dire que l’être humain serait fainéant par nature et ne réaliserait aucun travail sans ces récompenses financières ? C’est en tout cas ce que pense Barry Schwartz.

 

 
Que nous disent ces 3 spécialistes ?
Que l’argent n’est jamais une bonne source de motivation, que nous serons bien meilleurs et motivés à faire quelque chose dans lequel nous trouverions du sens, la possibilité de créer et se dépasser, d’être fier et autonome.

A prendre en compte si vous cherchez le bonheur au travail...

Tags: ,

Articles similaires

Commentaires

Pour voir les commentaires ou pour pouvoir commenter, /
ou
Top